C.R.R.A.I

Les avantages des logiciels libres

Un logiciel libre, c’est la liberté de l’utiliser là où vous le souhaitez. Pas de licence pour bloquer son utilisation sur un poste pour en limiter le nombre d’utilisations. Le langage utilisé, le php, et la base de données MySQL sont gratuits, aucune protection n’est envisageable car le code exécutable est celui de l’écriture des sources de procédures contrairement aux programmes compilés des logiciels propriétaires dont les sources sont gardées secrètes pour en garantir la propriété.
 
 
Les éditeurs de logiciels vendent ainsi le plus souvent non pas le logiciel mais le droit de l’utiliser sur un poste de travail. En toute logique, si le poste est changé, le droit d’utilisation est caduc, il faut une nouvelle licence. Si le poste de travail est détruit, reformaté ou volé, il faut donc l’autorisation de l’éditeur ou du vendeur pour réinstaller le logiciel. C’est une complication et une perte de temps qui s’ajoutent aux désagréments du vol ou de la panne.
 
 
Le choix de la liberté est donc une grande facilité pour l’utilisateur.
 
 
Le modèle économique devient tout autre, l’utilisateur paie le service qu’il utilise.
 
 
Pour compléter la démarche, l’utilisateur peut aussi se libérer du carcan imposé par Microsoft en adoptant le système d’exploitation linux. Microsoft et Apple ont mis en place une obsolescence programmée de leurs systèmes pour vendre de nouvelles versions en faisant croire à l’utilisateur que son équipement est devenu trop lent. Les mises à jour automatiques dites de sécurité finissent par ralentir le système. Le changement de version de Windows implique aussi l’arrêt du support de logiciels et de périphériques, la perte de compatibilité avec d’autres équipements, c’est une spirale infernale de consommation sans fin.
 
 

En adoptant linux, l’utilisateur fait durer plus longtemps ses équipements informatiques, il gaspille moins, il économise et peut consacrer plus de budget aux services vendus. Le logiciel libre permet ainsi de vendre plus de services au lieu de gaspiller dans du renouvellement de matériels et d’achat de nouvelles licences. Chacun y trouve son compte sauf les grands éditeurs dont les profits alimentent la fraude fiscale. Quand les multinationales fraudent, les contribuables doivent payer plus d’impôts pour compenser ces pertes. Le logiciel libre c’est plus d’équité fiscale.